Page d'accueil
Mot du Maire

Mot du Maire

La municipalité, élue en mars 2014, s'est engagée dans une dynamique de modernisation de la mairie, de son fonctionnement et de ses services.

Discours du maire, jeanne filloux - vœux 2019

 

 

Madame la Sénatrice,

Monsieur le Sénateur,

Monsieur le Député,

Madame la Conseillère régionale,

Mesdames, Messieurs les Maires, chers collègues,

Mesdames, Messieurs les élus,

Mesdames, Messieurs les représentants des autorités civiles et militaires,

Mesdames, Messieurs les chefs d’entreprises,

Mesdames, Messieurs les Anciens Combattants,

Mesdames, Messieurs les présidents d’associations,

Mesdames, Messieurs les directrices et directeurs d’écoles, professeurs des écoles,

Jeunes filles et jeunes hommes élus du Conseil Municipal des Jeunes,

Mesdames, Messieurs les agents municipaux,

Mesdames, Messieurs,

Chers amis,

 

C’est avec un plaisir sans cesse renouvelé que mon équipe municipale et moi-même vous retrouvons pour ce moment convivial et traditionnel des vœux.

 

Je voudrais, sans plus tarder, commencer par avoir une pensée pour tous les êtres chers qui nous ont quitté l’année passée et toutes celles et ceux qui ne peuvent être présents parmi nous ce soir, empêchés par un souci de santé ou un accident de la vie. Souhaitons-leur de retrouver une situation plus confortable dans les plus brefs délais. Je voudrais aussi avoir une pensée pour nos soldats qui sont actuellement en opération extérieure sur des théâtres de conflits. Je pense particulièrement à certains soldats du 515e Régiment du Train dont quelques-uns résident sur la commune.

 

La cérémonie des vœux, c’est toujours l’occasion de prendre un peu de recul et d’observer ce qu’il s’est fait lors de l’année écoulée. Je ne vous ferai pas l’offense de vous faire l’inventaire à la Prévert des réalisations municipales, mais permettez-moi tout de même de me concentrer sur quelques exemples qui touchent l’intégralité des pôles de services au public.

 

Commençons d’abord par l’Enfance, la Jeunesse, l’Education et le Sport, un pôle primordial puisqu’il est de ceux qui aurait pu être victime des plus grands soubresauts en raison des réflexions menées ici et là sur les rythmes scolaires. Parallèlement, la fin progressive des emplois aidés a aussi ses conséquences. Les emplois aidés constituent un vivier d’intervenants fortement mobilisé ces dernières années pour assurer plusieurs des activités que nous organisons. Nous avons décidé, en concertation avec les représentants des parents d’élèves et les directeurs d’écoles, de maintenir les activités périscolaires telles que nous les avons développées depuis leur mise en place en 2012. Nous avons délibérément fait le choix de conduire une approche éducative globale des temps de l’enfant, avec également une accentuation des activités à vocation citoyennes et environnementales. Ces deux sujets nous semblent particulièrement d’actualité et nous n’oublions jamais que le rôle de l’éducation nationale, et des collectivités dans leur accompagnement, est d’aider à former les citoyens éclairés et engagés de demain. Nous en avons d’ailleurs à nos côtés ici ce soir. Je remercie le Conseil Municipal des Jeunes et salue le rôle moteur qu’il a joué, en lien avec les professeurs des écoles et leurs camarades écoliers, lors de la célébration du centenaire de l’armistice de la guerre de 14-18.

 

Nous poursuivons donc les Temps d’Activités Périscolaires qui, grâce à nos associations partenaires et à la qualité de nos animateurs municipaux, permettent de proposer des animations de grandes qualités et extrêmement diversifiées.

 

Par ailleurs, l’équipe du service des Sports a renforcé les animations sportives, au-delà de l’école municipale des sports, puisque des interventions spécifiques se font aussi désormais sur la pause méridienne.

 

2018 fut l’année du renouvellement de notre délégation de service public pour la restauration scolaire. Nous avons pris en considération toutes les remarques formulées par la commission extramunicipale des menus. Nous avons croisé ces éléments avec une volonté accentuée d’aller vers le « consommer local » et le « consommer frais », en partie bio. Aussi, notre délégataire a changé. La conception de nos repas est contrôlée par une diététicienne. Les goûts des enfants sont mieux intégrés dans leur confection. Les produits travaillés sont frais et de saison. Cette éducation par le goût et l’équilibre alimentaire va de pair avec une réduction des gaspillages. Il s’agit d’une démarche vertueuse où tout le monde y gagne.

 

Concernant la petite enfance, nous souhaitons accentuer notre travail en collaboration avec l’association des Petits Poucets, qui bénéficie de plus d’heures d’ouverture de la Maison Musseau, tout comme d’ailleurs le Relais d’Assistantes Maternelles et le Lieu d’Accueil Enfants / Parents. Une Educatrice Enfance Jeunesse nous a rejoint pour développer de nouveaux outils d’accompagnement pédagogique à la petite enfance.

 

Sans aller jusqu’à tomber dans l’autosatisfaction, l’ensemble de ces politiques est une source de fierté. Je tiens vraiment à le souligner ici car votre équipe municipale a à cœur d’accompagner sa jeunesse. Ces politiques publiques s’insèrent dans une vision globale autour des temps de l’enfant, de leur éveil et de leur épanouissement. Si nous rencontrons moins de problèmes qu’ailleurs avec notre jeunesse, ce n’est pas seulement parce que les familles de chaniéraudes seraient plus privilégiées que les autres. Ne tombons pas dans cette facilité. Si c’est bien l’un des facteurs, ce n’est pas le seul et unique. C’est aussi parce que toutes les conditions sont mises en œuvre pour que nos enfants, du plus jeune âge jusqu’à la sortie de l’adolescence, disposent de supports, d’organes d’accompagnement et de conditions d’épanouissement qui permettent de minimiser ce que j’appellerais « les sorties de route ». Pour cela, je remercie la communauté éducative dans son ensemble, nos associations locales qui participent, et bien entendu les agents du pôle Enfance Jeunesse Education et Sport. Gardons à l’esprit que leur travail du quotidien est difficilement perceptible. Par principe, nous avons plutôt tendance à aller les voir lorsqu’il y a un problème. Mais pensez d’abord à tous les problèmes qu’ils évitent par leur présence, leur soutien, l’accompagnement de vos enfants au quotidien, la gestion de toutes les urgences, car il y’en a tous les jours en ce domaine. C’est un travail qui se voit peu puisqu’il intervient sur l’humain. Mais il est ô combien précieux pour l’avenir et la société que l’on veut construire. Je remercie vraiment tous les agents de ce pôle pour leur travail.

 

Nous trouvons la continuité de ces politiques dans ce que nous vous proposons en matière culturelle. André Malraux disait de la culture qu’elle ne s’hérite pas mais qu’elle se conquiert. C’est on ne peut plus vrai. Alors nous avons décidé de favoriser les conditions vous permettant d’y avoir accès et de l’appréhender à votre rythme, selon les modes de consommation qui vous sont propres. Outre notre frairie qui se veut la plus populaire possible, notre fête de la musique ne cesse de prendre de l’ampleur. Nous ne voulons pas en dénaturer l’esprit. C’est la raison pour laquelle nous n’en ferons jamais une sorte de nouvelle Garden Nef Party. En revanche, soyez assurés que vous y trouverez toujours des artistes de talents, notamment des artistes émergents, dans des styles musicaux diverses, et surtout dans un climat familial et chaleureux. C’est la force de notre concept. Nous capitaliserons sur ce point fort cette année encore.

 

Ces dernières années, nous sommes passés, en moyenne, à une action culturelle tous les deux mois, pour désormais atteindre des pics d’une animation culturelle forte toutes les semaines, entre expositions, représentations théâtrales ou concerts, lectures de contes, etc… Notre médiathèque, rénovée l’année dernière, en est matériellement notre totem. Elle vivra sa dernière phase de travaux dans les jours à venir avec un rafraîchissement de la salle audio, à l’étage. Nous avons ouverts les portes de la médiathèque aux artistes reconnus comme aux passionnés Chaniérauds. Ce fut le cas pour les Chevalets d’Argence ou encore l’expo photo d’OPAL, le club photo de l’Amicale Laïque. Je vous invite ardemment à aller découvrir les merveilleux clichés de Michel Cardin, sur le thème de l’Islande. Le vernissage aura lieu le vendredi 18 à 18h.

 

Nous avons aussi accentué la médiation culturelle auprès des classes et des enfants du RAM / LAEP. Nos lecteurs enfin ont été fidélisés grâce au club de lecture.

 

Je le disais à l’instant, il y a les équipes qui travaillent d’abord sur l’humain. Et puis il y a les équipes qui travaillent sur l’urbain. L’année dernière, nous avons acquis une partie des bâtiments de l’ancien Leroy Somer, située rue des Figuiers. Ce bâtiment de 3 000 m², acheté, je le rappelle, 300 000 €, constitue une affaire sans pareil. Il suffit de regarder combien coûte aujourd’hui la construction d’un hangar avec sanitaires. Nous frôlons le million pour 1 000 m². De plus, nous allons percevoir 112 500 € de subvention de l’Etat, ainsi que les produits de la vente de notre actuel CTM dans les mois à venir. Il nous reste l’aménagement des bureaux, vestiaires et sanitaires intérieurs que nous engagerons dans les semaines à venir. D’ici le printemps, les services techniques auront intégré ce bâtiment en cœur de ville, ce qui permettra également de réduire les distances parcourues par nos véhicules techniques, pour aller d’un bout à l’autre de la commune.

 

Je viens de vous le dire, l’équipe Bâtiment a rénové pratiquement l’intégralité de la médiathèque en 2018, en régie. En 2019, nos efforts se porteront sur les travaux dans les écoles, notamment de peinture, de sécurisation des entrées et d’étanchéité sur les toitures terrasses.

 

2018 aura permis de refaire plusieurs voies importantes, notamment le pont de la rue des Cerisiers, qui appartient à l’Etat et nous a causé tant de soucis, le parking du cimetière, la rue des Figuiers aux Poitevins, la route de Vouillac à Chalonne, la rue Marguerite de Valois et la rue Edouard Warin aux Limbaudières, le giratoire du Poteau en entrée de bourg, la reprise des trottoirs rue du Petit Duc, l’impasse des Roitelets au Temple, la rue de l’Herminette chez Suraud, le rétrécissement de la voie sur la RD 105 dans la traversée des Cloux, de petites interventions à la Chignolle, et enfin la pose de plateaux de sécurité rue de la Vanille et rue de la Menthe à Viville. Vous le constatez, nous essayons de répartir nos efforts d’entretien sur l’ensemble du territoire et ses 72 villages et lieux-dits.

 

Malgré tout, les particularités de Champniers, ses 97 km de voirie communale, ses 100 km de chemins blancs et j’élude volontairement les km de départementales et de nationales qui la traversent, font que nous ne pouvons être partout. Je prendrai l’exemple des fauches le long de la voirie. Lorsqu’un passage est fait, il nous faudrait recommencer dans la foulée. A ce jour, le fauchage, c’est un agent à temps plein en période dédiée. Certains secteurs, les plus passagers, sont fauchés jusqu’à 4 fois par an. Je pense qu’il ne serait pas raisonnable d’aller au-delà.

 

J’ajoute que nous avons fait le choix de traiter nos espaces publics sans faire usage de produits phytosanitaires, nocifs pour notre santé. Vous vous en souvenez, c’est un choix politique assumé que j’ai déjà évoqué l’année dernière. Je vous l’annonce en avant-première ce soir, le label Villes et Villages Fleuris a confirmé le bienfondé de notre politique, puisqu’elle vient d’être couronnée de l’obtention d’une deuxième fleur par le jury régional. Nous n’en avions aucune à notre arrivée. C’est un saut qualitatif qui dit l’implication de l’ensemble des acteurs : les élus, les agents de l’équipe Espaces Verts, mais aussi tous les habitants qui participent au concours Maisons Fleuries ou bien encore, à notre opération « trottoirs fleuris », lancée en septembre 2017.

 

La solidarité est aussi l’une des pierres angulaires de notre approche environnementale puisque cela fait désormais plusieurs années que nous recourons aux services de l’IME de Soyaux pour l’entretien de plusieurs sites, notamment les Prés de l’Or.

 

La solidarité se décline bien entendu dans toutes les actions menées à travers le CCAS. Lors du conseil du mois de décembre, nous avons adopté une enveloppe dédiée à l’accompagnement des ménages souhaitant acquérir une maison à rénover. Cette aide complémentaire de la commune, versée en fonction de critères de ressources, s’inscrit dans le cadre du dispositif Pass’Accession, piloté par le Grand Angoulême.

 

2018 aura également vu le « logement de transition » rénové par l’Association Régie Urbaine du Grand Angoulême ; association qui fait du développement social et solidaire son socle de valeurs. Ce logement est destiné à accueillir les familles traversant un moment dramatique, une situation d’extrême urgence ou de précarité. Permettez-moi d’avoir une pensée pour toutes les familles qui ont été frappées, dans des communes pas très éloignées de la nôtre, par le gros orage de grêle de juillet dernier. A cet effet, Champniers avait délibéré pour verser une aide d’urgence en faveur des sinistrés.

 

J’en profite également pour remercier l’équipe Voirie qui s’est fortement mobilisée pour déblayer les rues de coulées de boues et autres désagréments survenus sur la commune à cette même période. Cela a généré l’équivalent de plus de 15 jours de travail supplémentaire, décalant d’autant le plan de charge initial de l’équipe. Un mur de soutènement s’était par exemple effondré à Viville et l’équipe a dû le reconstruire.

 

Le pôle administratif enfin, que ce soit le service Etat-Civil et titres d’identité, avec 2 294 titres réalisés en 2018 ; l’instruction des documents d’urbanisme, là aussi avec beaucoup de conseils et d’expertises prodigués ; le CCAS et l’accompagnement des publics les plus fragiles, le portage des repas à domicile ; la tranquillité publique et la médiation opérée par notre policier municipal ; l’accompagnement de la vie associative par le biais de mises à disposition de matériel, de la mobilisation des agents communaux, de la communication et diffusion d’informations sur nos supports, des subventions de fonctionnement et des mises à disposition d’équipements communaux et d’agents municipaux ; ainsi que toutes les fonctions supports qui permettent à la collectivité de fonctionner et jouent un rôle essentiel dans la qualité de service et plus largement, de vie dans notre commune.

 

Je ne vous abreuverai pas de statistiques ce soir et resterai évasive sur le coût du service public mais sachez simplement qu’il en a un et que nous nous évertuons à rationaliser l’ensemble de nos dépenses pour dégager le maximum de capacité à investir. En 2019, nous le ferons sans augmenter les impôts locaux ; impôts qui sont d’ailleurs, selon le diagnostic fiscal réalisé par le cabinet KPMG, parmi les plus bas des 38 communes du Grand Angoulême. L’équipe municipale est garante de la bonne utilisation des deniers publics, de votre argent, et cela nous ne l’oublions jamais.

 

Toutefois, il nous faut sortir de la seule logique comptable. Un Maire n’est pas un chef d’entreprise, bien que j’aie pour les comptables comme pour les chefs d’entreprises, le plus grand des respects. Un Maire n’en est pas moins responsable et se doit de répondre aux besoins de services de sa population, guidé par la recherche de l’intérêt général. Dans le monde politique actuel et la vie des collectivités territoriales, la seule certitude que nous avons c’est justement d’évoluer dans un monde plus incertain et plus imprévisible que jamais.

 

Vous me connaissez désormais, l’une de mes qualités, que d’autres percevront d’ailleurs comme un défaut, c’est que je suis profondément optimiste. En 2019, ce trait de caractère ne m’a pas quitté. Seuls ceux qui n’essaient rien ne se trompent jamais. J’ai donc toujours préféré l’action à l’immobilisme et porté une ambition pour vous, pour les Chaniérauds et cette commune de Champniers que nous aimons tous. A chaque année son projet phare pour sans cesse améliorer notre cadre de vie et la qualité de nos services.

 

La lourdeur administrative et les contraintes budgétaires ne m’ont jamais effrayé. Il faut souvent bousculer les choses et oser. Parfois bien sûr, nous sommes bloqués et tout ne va pas aussi vite que nous le souhaiterions. Sans cette détermination qui m’anime, nous n’aurions assurément pu investir et construire autant, ni même bénéficier d’autant de subventions.

 

En 2019, l’abnégation de votre équipe municipale nous amène à considérer la requalification de l’Espace Dambier, dans lequel nous nous trouvons, comme la priorité des priorités. Hier, nous avons notifié au cabinet d’architecte Beffre qu’il était retenu pour nous accompagner dans la réhabilitation de cet équipement. Une phase importante de diagnostic va débuter avant que le cabinet nous fasse ses préconisations pour réhabiliter la grande salle, la salle du Bar, l’accueil et les sanitaires, créer un espace « loges », revoir l’isolation phonique et thermique du bâtiment, son système de chauffage et enfin, son enveloppe esthétique. En parallèle, nous allons rénover la cuisine de la salle du Bourg qui sera, de facto, plus utilisée cette année.

 

Je le disais à l’instant, 2019 sera l’année de l’installation des services techniques dans cette ex friche industrielle des locaux Leroy Somer. Ce sera encore une année d’investissement majeure pour notre voirie municipale puisque nous approcherons de l’enveloppe de 500 000 € de travaux. Un diagnostic de l’état de notre église Sainte Eulalie sera réalisé par un cabinet d’architecte du Patrimoine ou des Monuments Historiques, et permettra de déterminer les premiers travaux d’urgence à effectuer. Les travaux des logements intergénérationnels dans le Bourg seront lancés. Notre souhait est de favoriser la solidarité et la proximité avec chacun de vous.

En 2019 enfin, nous continuerons notre travail pour le développement de nos entreprises locales, en lien avec nos partenaires du Grand Angoulême et du Département de la Charente. Avec eux, nous œuvrons pour la création d’un barreau routier qui ira de la rue des Cerisiers, derrière Géant Casino et le pont traversant la RN 141, jusqu’au pôle motos de l’entrée des Chauvauds. Dès le second semestre de cette année, la rue de l’Arêtier sera requalifiée et sécurisée sur la partie allant de la sortie de la nationale jusqu’au rond-point du Pont Cassé, celui de l’entrée des Montagnes Ouest. Par la même occasion, une voie nouvelle en double sens, raccordée à la rue de l’Arêtier, desservira le pôle hôtelier. Les transports en commun seront optimisés. Le réseau va être réorganisé à partir de septembre prochain. L’offre permettant de desservir le secteur centre-ville d’Angoulême – Parc des Montagnes assurera le passage d’un bus toutes les 20 minutes aux heures de pointes, améliorant ainsi la desserte de nombreuses entreprises et d’un bassin de 3 500 emplois. Nous travaillons aussi avec la SAEML Territoire Charentes, le Grand Angoulême et Arthur Loyd sur la revitalisation du côté Est, côté historique du Parc des Montagnes. Nous sommes en lien étroit avec l’association des commerçants du Nord Angoulême, l’association ADAN. Et je remercie l’investissement de son président M. Terrisse.

 

Nous travaillons encore avec le Syndicat Mixte de l’Aéroport Angoulême Cognac et les entreprises sur site afin de créer un véritable campus aéronautique, tout en veillant à ce que la tranquillité des villages à proximité soit préservée. Nous avons déjà deux fleurons mondiaux présents sur notre territoire avec CATS et Héli Union. Nous poursuivons aussi notre implication sur le développement du très haut débit et de la fibre avec Charente Numérique. Ces derniers sujets évoqués ne relèvent pas à proprement parler de la compétence communale mais sachez qu’ils mobilisent toute mon énergie et celle des élus qui m’entourent, car nous savons bien quels sont les enjeux pour chacun d’entre vous. 

 

A trop focaliser sur la stratégie, les missions et la vision à long terme, on en néglige les résultats. La dernière chose dont nous avons besoin à ce moment précis est d’une vision à long terme et ce, justement parce que demain est incertain. La stratégie est surestimée. L’action est sous-estimée. Vous l’avez compris, la stratégie de votre équipe municipale, c’est l’action.

 

Je voudrais remercier chacune et chacun d’entre vous qui prenez part à ces actions : vous, habitants, ici présents, les bénévoles et représentants d’associations, les professeurs des écoles, les chefs d’entreprises, tous nos partenaires que j’ai déjà cité, les services de l’Etat, le Département, le Grand Angoulême, le groupement de gendarmerie d’Angoulême, la SEAML Territoires Charente, ADAN, la SCOTPA pour la réalisation de nos grands travaux de voirie, API Restauration, l’Agence Technique Départementale de la Charente, l’IME de Soyaux, et plus particulièrement encore, le Comité des Fêtes, l’Amicale Laïque et le Comité de Jumelage de Champniers. Et je m’excuse auprès de ceux que j’oublierais.

Je remercie aussi Nicole Bonnefoy, Michel Boutant et Thomas Mesnier, nos parlementaires ici présents, qui soutiennent et accompagnent nos actions et qui, de par leur fonction, sont nos représentants et relais, garants de la représentativité nationale et de la force de nos institutions légitimes et démocratiques. Ne dénigrons pas ce qui fait la force de notre nation depuis tant d’années, et saisissons les opportunités de dialogue social et apaisé qui s’offrent à nous.

 

Je remercie toutes les entreprises qui ont pris part à l’organisation de cette cérémonie : le Café des Sports, la boulangerie de Churet, la boulangerie Lavergne, la pizzeria la bonne fourchette, Géant Casino, ainsi que Sandrine, Virginie et les Services techniques qui ont préparé la salle.

 

Je remercie tous les élus municipaux pour leur engagement, leur dévouement sans faille et l’amour qu’ils portent à la commune qui se traduisent dans leur travail sérieux des dossiers et leur présence quotidienne sur le terrain. Je remercie y compris les conseillers municipaux d’opposition, qui ne s’opposent finalement que très rarement, puisque plus de 90 % des délibérations du conseil sont adoptées à l’unanimité. Je remercie, pour finir, les agents municipaux qui mettent en œuvre notre projet politique.

 

Winston Churchill disait qu’un « pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité, un optimiste voit l’opportunité dans chaque difficulté ». En cette nouvelle année 2019, je vous souhaite donc de faire preuve d’optimisme et vous adresse à nouveau, au nom de l’ensemble de l’équipe municipale, mes meilleurs vœux pour vous, ainsi que tous ceux qui vous sont chers.